Édito

2018 ! Oui, bienvenue et, avec nos vœux de réussite, la Newsletter ICÉEL que vous attendiez tous, c’est sûr. Mais pourquoi cette nouvelle Newsletter, certains se demanderont…

Une de plus, oui, mais une lettre qui fait sens et veut faire lien pour tous les acteurs d’ICÉEL éparpillés sur nos territoires, qui dans un CRT meusien ou vosgien, qui dans un laboratoire d’Épinal ou de Metz. De ce fait les occasions de se croiser et d’échanger sont rares et cette Newsletter d’ICÉEL souhaite apporter des informations régulières sur l’activité et les réalisations de chacun qui constitue l’essentiel de nos vies et, in fine, les raies brillantes d’ICÉEL et de ses tutelles. C’est aussi un moyen pour nos partenaires industriels et institutionnels de nous connaître davantage et de nous découvrir sous de nouveaux angles, avec l’ambition (partagée) de réseauter, de collaborer et d’innover ensemble.

Chacune des Newsletters sera composée de cinq à six sujets brefs traitant de science, de marketing, de retour d’expérience, …  et vous proposera un focus sur l’une de nos 22 composantes – laboratoires, centres de ressources technologiques, centres de transfert et centres techniques industriels – et sur leurs activités déployées en région comme à l’international.

Si à l’issue de la lecture de notre Newsletter vous décrochez votre smart-email-phone pour en savoir plus, nous aurons gagné notre pari. La toile ICÉEL aura des liens plus forts, plus efficaces, et montrera un paysage multicolore mais résolument actif et engagé dans le développement des connaissances et de leur transfert vers le monde socio-économique.

Notre volonté est de vous faire (re)découvrir l’intégralité des parties prenantes de notre institut Carnot. Avoir un label national de qualité c’est « Extra et Energic », mais le cultiver ensemble est notre objectif commun.

Focus ICÉEL

Aujourd’hui accompagnés de 22 composantes, nous sommes positionnés sur 6 marchés prioritaires que sont :

  • Énergies
  • Transports
  • Ressources & Environnement
  • Manufacturing
  • Bio économie
  • Aménagement/construction

ICÉEL a plus de 10 ans d’existence au sein du réseau Carnot !

Depuis notre première labellisation Carnot en 2007, nous avons mis en place une stratégie de développement centrée sur l’ingénierie durable. Celle-ci est notamment soutenue par des laboratoires de pointes rattachés à nos trois tutelles respectives : CNRS, Université de Lorraine et PRETT.
Fortement ancrée sur le territoire Nancéien à proximité de la majeure partie de nos centres de recherche, notre action s’inscrit dans un cadre plus large à l’aide d’implantations au niveau national et de partenariats dans le cadre des filières du réseau Carnot.

Dès l’obtention de la labellisation Carnot, notre volonté a été de mettre en avant le travail des laboratoires et centres de recherches, qui présentent des réponses pertinentes aux problématiques des entreprises.

Ce sont nos compétences sur nos différents marchés adressés qui nous permettent 10 années plus tard, d’afficher un développement constant et de participer à de nombreuses actions en collaboration avec les écosystèmes de l’innovation au niveau régional, national mais également international.

Bilan des ans du Carnot

Denis ROIZARD, directeur d’ICÉEL est revenu sur le bilan des 10 premières années du Carnot.

Tout d’abord, rappelons l’objectif du réseau Carnot qui est d’accompagner les entreprises dans leurs projets de recherche, plaçant l’excellence scientifique et technologique au coeur de la démarche. Le label n’a effectivement été décerné qu’à des structures disposant d’une réelle activité en termes de recherche partenariale impliquant un grand nombre de professionnels de la R&D. Pour ICÉEL, c’est près de 1000 chercheurs, techniciens, thésards et post doctorants à l’écoute du monde socio-économique

Dès lors, le réseau met en oeuvre tous les moyens nécessaires afin de favoriser les échanges entre entreprises et laboratoires de recherche. Sans le travail de fond du réseau Carnot, c’est sans nul doute de nombreuses innovations qui n’auraient pu voir le jour. Le réseau représente de ce fait une nouvelle dimension pour la R&D en favorisant le travail en équipe.

A notre échelle, nous accompagnons aussi bien de grands groupes dans le développement de leurs stratégies de recherche, que des start-up et PME à forte valeur ajoutée : déjà 8 labcom… Nous agissons notamment comme un point d’entrée pour de nombreuses entreprises à taille humaine ne connaissant pas toujours bien les acteurs de l’innovation en France

ICÉEL est institut Carnot depuis 2007, soit déjà 3 labellisations. Nous pouvons être fiers du chemin parcouru avec tout notre collectif. En effet, cette démarche de recherche partenariale a bénéficier de la participation active de tout notre environnement. Ainsi, accompagné de composantes de structures diverses et de nos tutelles, CNRS, Université de Lorraine, et le Pôle Régional de Transfert Technologique, nous avons réussi à insuffler l’esprit d’équipe nécessaire au bon fonctionnement du réseau. Depuis plus de 10 ans déjà nous travaillons et progressons ensemble, dynamisant ainsi notre ressourcement, notre R&D et nos compétences sur des marchés technologiques très concurrentiels.

Ces labellisations successives ont renforcé d’abord notre cohésion en interne et l’image Carnot en externe.

Nos indicateurs permettent aisément de montrer les fruits de notre travail. En seulement dix années, nous avons ainsi réalisé et valorisé près de 100 M€ de contrats de recherche bilatérale, chiffre assis sur notre professionnalisme et sur les complémentarités de nos savoirs et de nos cultures.
Mais au-delà de ces chiffres, c’est tout l’esprit de la charte Carnot qui irrigue nos composantes et contribue au maillage solide de nos compétences sur plusieurs marchés prioritaires.

Ces résultats acquis tant en France qu’à l’international sont tout à fait significatifs des efforts de R&D menés autour des deux défis sociétaux que sont l’énergie et environnement, défis sur lesquels s’est positionné ICÉEL dès 2007.
Bien sûr, il reste encore beaucoup à apprendre et à faire ensemble pour poursuivre notre rayonnement, mais d’ores et déjà constatons que notre structuration et notre fonctionnement sur ces 3 premières labellisations ont été un choix payant.

Sans tomber dans un optimisme béat, notre développement devrait s’intensifier ces prochaines années, soutenu par une politique ambitieuse et proactive visant à renforcer notre professionnalisation. Nous avons tout au long des années 2016 et 2017 porté une réflexion sur les axes prioritaires de développement pour notre institut Carnot.

Outre le déploiement d’une stratégie de communication construite avec nos composantes et tutelles, l’axe prioritaire sur lequel nous concentrons nos efforts est le marketing et l’ouverture partenariale à travers une démarche originale qualifiée « d’Open Business ». Si cette formule n’est pas explicite pour tous, le concept lui est très simple : il repose sur une structuration de nos démarches commerciales pour créer des synergies dans nos offres, par exemple par une approche commerciale multi-échelles. En d’autres termes, cette approche doit nous permettre d’accroître notre rayonnement et, in fine, nos recettes partenariales, via une nouvelle structuration de notre relation client.

Nos projets de recherche

Collaboration entre l'Institut Jean Lamour et le laboratoire MATEIS dans le cadre du projet ASPARTAM

Depuis leur découverte il y a 50 ans, les verres métalliques ont fait l’objet d’intenses recherches pour expliquer leurs propriétés originales, liées à leur structure amorphe. Pour des difficultés de mise en œuvre, les retombées de cette nouvelle classe de matériaux peinent néanmoins à se faire sentir à l’échelle industrielle. De grands espoirs sont désormais fondés sur les verres métalliques déposés en couches minces, pour lesquelles les procédés physiques en phase vapeur (PVD), hors d’équilibre, sont particulièrement bien adaptés pour la synthèse de surfaces avancées de structure désordonnée. C’est cette prometteuse solution de rupture que l’Institut Jean Lamour et le laboratoire MATEIS ont étudié, afin de mieux comprendre et concevoir une nouvelle génération de films aux propriétés anti-microbiennes durables

Connues de longue date, les propriétés antibactériennes de l’argent sont nombreuses et variées. La démarche scientifique originale d’ASPARTAM s’appuie sur l’étude des vertus antimicrobiennes propres à l’argent, associées aux propriétés de durabilité intéressantes inhérentes aux alliages métalliques amorphes. Si l’efficacité antimicrobienne de l’argent est déjà avérée en couche mince, les substrats demeurent rugueux et prompts à favoriser l’établissement d’un biofilm, précurseur d’une colonisation ultérieure une fois les nanoparticules dissoutes.

L’objectif de ce projet est de concevoir une surface multifonctionnelle qui alliera à un caractère antimicrobien contrôlé, une bonne durabilité, ainsi que des propriétés caniques élevées. Un revêtement amorphe riche en argent devrait répondre à cet ambitieux cahier des charges. Ce programme ambitieux s’appuie sur la complémentarité d’équipes des deux laboratoires, IJL étant principalement chargé de l’élaboration des films et de la caractérisation de base, et MATEIS étant responsable des caractérisations fines et biologiques des surfaces.

Des revêtements verres métalliques Zr-Cu et Zr-Cu-Ag ont été élaborés avec succès par pulvérisation cathodique magnétron.

Il a été montré que :

  • Ces revêtements sont lisses, amorphes et chimiquement homogènes
  • Leurs propriétés physico-chimiques répondent aux exigences des applications biomédicales en termes de propriétés mécaniques, stabilité thermique et résistance à la corrosion dans des milieux relativement agressifs.
  • Ils présentent une activité antibactérienne élevée contre E.coli et S. aureus au-dessus d’une composition critique en argent de 11%